L’encadrement

Claude Tronel

Président du MUC Aviron

"Pour moi l’aviron a toujours été un moteur ... Champion de France en Huit, plusieurs fois sélectionné en Équipe nationale … c’était il y a bien des années, mais la flamme est toujours là ! Elle m’a conduit vers des formations d’entraineur avec le Brevet d’État du premier, puis du second degré, et, dans le prolongement, des souvenirs fabuleux de suivi d’équipes juniores jusqu’à une médaille d’or européenne ! … Elle m’a conduit ensuite à prendre en main les destinées du Club de Montpellier, qu’aujourd’hui, avec l’aide de notre équipe dirigeante et du MUC Omnisports, nous nous efforçons de développer pour que Vive l’Aviron !"

Gérard E

Vice-Président

« Elu au comité directeur en 2013, je me propose d'accompagner le club dans le référencement de son activité sous l'aspect environnemental auprès des institutionnels et des élus. La pratique de l'aviron a toujours véhiculé, à mon sens, une image de respect de l'environnement et il me semble nécessaire de conforter et de légitimer cette pratique dans un espace aussi fragile et superbe qu'est le site d'entrainement du club du Montpellier Aviron Universitaire Club à Palavas. A l'heure où nos élus et nos institutions reprennent conscience de la potentialité des espaces maritimes et littoraux de notre région, il est important de positionner le club dans le développement d'une pratique sportive et de loisirs et de colporter cette image, qu'il faut pérenniser, d'une communion entre la nature et nos activités respectueuses de l'environnement. Le club est inscrit dans l'aventure du « Parlement de la mer » qui vient de se constituer. Des passerelles sont en train d’être mises en place entre les différents utilisateurs des étangs et de l'espace littoral et les institutions comme la DREAL et le SIEL afin de mettre en place des « sentinelles de l'environnement » qui seront autant de relais auprès des pratiquants et utilisateurs de nos superbes espaces littoraux qu'il faut préserver mais pas forcément sanctuariser. Depuis mon enfance, je pratique la voile et je régate en équipage sur des bateaux de compétition en méditerranée mais j'aime aussi les convoyer avec des amis ou en solitaire. Cette passion pour les espaces fluviaux et maritimes nourrit une partie de ma réflexion professionnelle comme Architecte – Urbaniste à Montpellier. »

Lydie

Arbitre

« Bonjour, je vous présente mon parcours avironneux ! Juillet 1962, rencontre peu banale et des plus insolites avec l'aviron. En effet, c'est en autodidacte et agée de 12 ans à peine que je donne mes premiers coups de rame sur un skiff que mon père, ingénieux et bricoleur vient d'achever la construction. Tantôt en rivière plus exactement à l'embouchure de l'Aude, tantôt sur le lac de Pareloup en Aveyron je prends goût à la glisse sur ce bateau fait de bric et de broc, mais les sensations sont inoubliables. Et puis de 1966 à 1992, grande coupure, sport confidentiel oblige. Septembre 1993, un merveilleux destin se charge de me ramener vers cette discipline sportive en m'inscrivant au club d'aviron de Montpellier. Et voilà que la fibre "aviron" se remet en route. S'en suit une véritable spirale, passant de simple rameuse à moniteur en 1997, éducateur en 1999, membre CODIR, encadrant bénévole, arbitre régional pour finir aujourd'hui en toute modestie à la tête de la Commission Régionale des arbitres LR. C'est ce qu'on appelle "l'Aviron Passion" !!!! Paroles d'une passionnée vous aurez deviné ! »

Gérard

« J’ai pratiqué toutes sortes de sports en amateur pendant ma vie professionnelle sédentaire, et essayé l'aviron tardivement, au sein du MUC-Aviron. J’ai de suite été séduit par ce sport de glisse, de plein air (autant que possible), complet et varié, pratiqué seul ou en équipage, à tout âge, et par l'état d'esprit convivial du club. Je me suis rapidement formé, initiateur puis éducateur, afin d’enseigner ce sport très technique aux jeunes et aux adultes au sein de l'école d'aviron pour transmettre à d'autres le virus de l'aviron. »

Richard

« N'entendre que le bruit soyeux du bateau qui glisse souplement sur un miroir d'eau, découvrir le paysage au détour d'une touffe de roseaux ou d'une brèche dans la rive, saluer quelques oiseaux matinaux qui se réveillent paresseusement, voir le soleil émerger lentement de l'horizon des étangs ou au contraire se fondre dans leur surface, et quelques sentiments de ce type, ajoutez un peu de physique pour se rapprocher de la plastique des dieux du stade, tout est dit : voilà pourquoi je voulais faire de l'aviron. Lorsque j'ai eu la possibilité de faire mon apprentissage, je travaillais à l'époque sur la route des plages. Autant dire que je filais sur l'eau dès que je le pouvais. Après plusieurs années d'interruption, me revoilà à ramer (mais ce n'est pas une galère ! enfin, pas toujours...), le plaisir intact et les sensations toujours aussi gourmandes. »

Xavier

Secrétaire du club

« J’ai attendu d’avoir 45 ans pour pratiquer l’aviron, mais j’en avais envie dès 17 ans. Au MUC Aviron, j’ai trouvé un noyau de pratiquants si impliqués dans le fonctionnement du club qu’ils m’ont transmis leur enthousiasme. L’aviron est une activité apparemment très simple, mais à perfectionner sans cesse, et en pleine nature. Et puis, en ramant, on bavarde avec d’autres rameurs qui deviennent vite des amis avec lesquels partager d‘autres centres d’intérêts. »

Brigitte

J’ai découvert l’aviron grâce à la foire aux associations de Montpellier, il y a maintenant 6 ans. Après avoir pratiqué un art martial pendant plusieurs années, je cherchais un sport à pratiquer au « grand air » . Mais ce n’est pas qu’au grand air que nous ramons, c’est dans la « Nature » . Et c’est un fait , tout en ramant, je ne me lasse pas de regarder les vols de flamands roses, les cormorans, les aigrettes et « notre » héron , celui qui a élu domicile près du ponton. D’aucun diront « elle ferait mieux de se concentrer sur ses avirons et sur l’enchainement de gestes très techniques requis par ce sport », certes mais la performance ne m’intéresse pas vraiment , je rame, j’observe et j’admire le paysage. C’est donc tout naturellement qu’ayant intégré cette année le comité directeur du MUC aviron, j’ai demandé à m’occuper de l’activité « randonnée » des adhérents loisirs. Car oui , on peut ramer et voyager, la France ne manque pas de plans d’eau en tout genres, et lors des quelques randonnées auxquelles j’ai déjà participé , je me suis régalée à regarder , les mimosas en fleur au lac de St Cassien, à observer les parcs à huitre sur l’étang de Thau, et top du top l’architecture merveilleuse des canaux de Venise lors de la Vogalonga ; « arrête de regarder , rames !!!… »

Anne

Joueuse de tennis pendant 20 ans, et golfeuse depuis plus de 20 ans, je cherchais un sport complet un peu plus affriolant que l'aquagym, ce fut l'aviron! Je rencontrais donc le MUC Aviron en 2009 à la veille de mes 46 ans et fut tout de suite séduite : sport de plein air, complet, technique mais vite accessible et sans cesse perfectible, et forcément collectif si on veut faire avancer le bateau...tout pour me tenir au moins 20 ans! Et le club, petite structure menée par les bénévoles, a contribué à ce que je puisse "faire mon trou" à Montpellier, en accueillant ma bonne volonté et mon envie de partager : les infos du club, les quelques notions de technique aux nouveaux, les randos avec leur lot de complicités et d'engueulades! Bref, pour tous ceux et celles qui souhaitent connaître le sens 1er de "ramer" et "être dans le même bateau" en étant (plus ou moins bien) "barré", c'est ici !

Scroll to top